Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 07:48

En 2014 le festival Art et Déchirure présentera 8 spectacles accueillis à la Chapelle Saint Louis et Salle Louis Jouvet à Rouen, au Rexy-Scène nationale de Petit Quevilly Mont Saint Aignan, au Théâtre des 2 Rives Centre Dramatique Régional de Rouen et à l'Espace Culturel François Mitterrand à Canteleu.


Pour les réservations, elles peuvent être effectuées dès à présent soit par mail à l'adresse suivante: art.et.dechirure@gmail.com soit en réservant directement dans les salles où sont programmés les spectacles:

 

Scène nationale Petit Quevilly Mont Saint Aignan réservation au 02 35 03 29 78 www.scenationale.fr/

Chapelle Saint Louis ou Louis Jouvet 02 35 98 45 05 www.chapellesaintlouis.com

Théâtre des 2 Rives billetterie 02 35 70 22 82

Espace culturel F. Mitterrand 02 35 36 95 80

Maison de l'Université 02 32 76 93 01 ou spectacle.mdu@univ-rouen.fr/  

Le numéro du festival en service à partir du 26 mars et sera communiqué prochainement 


Ne tardez pas les spectacles sont annoncés dans les programmes des salles et sont déjà très réservés !

 

 

Le programme comlet à télécharger ou à imprimer avec le line ci dessous:

  http://fr.calameo.com/read/003197959fbcb0b59cedc

 


 

Le festival est soutenu par


     régionHN-RVBVilleDeRouen-RVBCG76-RVBIDRAC-RVB.jpgHP-RVB

 

 


CHAPELLE SAINT LOUIS (ROUEN)

 

"Photographies de A. (Augustine)"

De Daniel Keene

Cie Les Blouses Bleues

 

photo-de-A.jpg

Vendredi 28 mars à 19h30 Durée 1h Tarifs 10€ et 6€

 

La pièce de Daniel Keene “Photographies de A”, est un monologue poétique fascinant sur la folie

et plus précisément sur la manière dont la folie hystérique fut inventée en étant théâtralisée et

photographiée. Cette pièce achevée en 2007 a été imaginée par le dramaturge australien après

avoir été lui-même stupéfait par la lecture du livre de l’historien de l’art français, Georges

Didi-Huberman, “L’Invention de l’hystérie” (Charcot et l’iconographie photographique de la

Salpêtrière). Le spectacle "Photographies de A" est une adaptation de ce texte inédit de Keene et une mise en images

de ce livre de Georges Didi-Huberman, il évoque l'hystérique préférée de Charcot, Augustine. la star 

de la salpétrière, un chef d'oeuvre, une pauvre vedette exhibant son corps et faisant spectacle de sa douleur. Mais ce

A est aussi celui de l'actrice à qui on demande d'être séductrice et qui attend qu'on l'aime. Charcot ne parlait pas avec les femmes qu'il prétendait guérir, il regardait, et en les photographiant sans parler, les maintenait folles entre art, cris, et déchirure. 

 

L’équipe :

Mise en scène - adaptation : Frédéric Laforgue

Scénographie / Vidéo : Alexandre Leroy

Lumière : Annie Leuridan

Son : Thierry Mbaye

Costumes : Léa Drouault

Assistante mises en scène : Béatrice Courtois

Conseils chorégraphiques : Amélia Estevez

Traduction : Séverine Magois

Régie générale : Jean François Métrier

Avec : Anne Catherine Regniers

 

La création a eu lieu en mars 2012 au Phénix, scène nationale de Valenciennes.

Coproduction: Cie Les Blouses Bleues,

Le Phénix, Scène Nationale de

valenciennes. Avec le soutien du CECN, Mons – Belgique, du Manège, Scène Nationale de

Maubeuge, de la DRAC Nord-Pas-de-Calais et de la Région Nord-Pas-de-Calais.

La Compagnie est soutenue par la ville de Lille, de Hellemmes et le Conseil Général du Nord. 


 

 

"LE JOURNAL D'UN FOU"

De Nicolaï Gogol

Boldog Kaktus Théâtre

 

GOGOL-1.jpg


Lundi 31 mars et mardi 1 avril à 19h30 Durée 1h Tarifs 10€ et 6€

 

Le Journal d'un fou de Nikolaï Gogol

Jeu et mise en scène Stéphane Fauvel

avec l'aide du Conseil Régional de Basse-Normandie

et le soutien du Théâtre du Signe, du théâtre de l’Ephéméride, de l'Actea et du Lycée P.S Laplace (Caen)


Le Journal d'un fou" (1833) relate la déchéance du conseiller titulaire Poprichtchine, secrètement amoureux de Sophie, fille de son directeur, et qui croit entendre de la gueule du chien de la jeune fille les moqueries que celle-ci pense à son sujet. Mortifié par cette nouvelle, le pauvre héros bascule dans la folie et se croit bientôt le successeur de Ferdinand VII d'Espagne. Enfermé à l'asile, il poursuit un journal aux dates absurdes, triste reflet de son échappée hors de la raison...

Propichtchine est un petit fonctionnaire. À travers lui se jouent toutes les conditions humaines, du pathétique à l'absurde, jusqu'à rendre floues les frontières entre le réel et l'imaginaire. Ainsi le monde qu'il décrit peut
exister ou n'être que le fruit son imagination. Le Journal d'un fou est une nouvelle sous forme de journal intime, mais également un récit fantastique dont l'écriture est empreinte de théâtralité. Gogol, qui sombrera lui-même dans la démence, s'attache ici, une fois de plus, à la description du divorce entre une réalité quotidienne et le rêve ou la folie qui s'en nourrissent : derrière le fonctionnaire de Saint-Pétersbourg sommeille le roi d'Espagne...

Le monde de Poprichtchine bascule doucement du ministère, où il taille des plumes, à cet Ailleurs qu'il appelle Espagne, cet hôpital où sévit le Grand Inquisiteur. Mais qu'importe ! L'essentiel, c'est la délicatesse et la fragilité de la lune... Que les chiens puissent écrire, certes, a de quoi irriter ! Que les vaches entrent dans les boutiques pour acheter du thé... passe encore ! Mais que la lune soit réduite en poussière est une abomination !
" Messieurs, sauvons la lune car la terre veut s'asseoir dessus. " (le journal d'un fou Gogol)

 

 

"ABILIFAIE LEPONAIX"

 de Jean-Christophe Dollé

Cie Fouic-Théâtre

 

  abilifai 2

Vendredi 4 avril à 19h30 Durée 1h10 Tarifs 10€ et 6€

 

Un jour j’ai eu ce cahier entre les mains.Il appartenait à une jeune psychologue. Il y avait là des notes qu’elle avait prises lors d’entretiens avec des schizophrènes en hôpital de jour. Tout y était minutieusement retranscrit.
Ça ressemblait à des brèves de comptoir. Une suite de réflexions où le bon sens, frôlant parfois la clairvoyance, côtoyait les poncifs les plus éculés.
Ça aurait pu être léger et prêter à sourire. Mais ces mots étaient ceux d’hommes et de femmes en souffrance.
Et j’ai vu soudain la poésie à l’état pur. J’ai compris que poésie et folie n’avaient sans doute fait qu’un, un jour.
Ces notes prises sur le vif, au gré des conversations, des entretiens, c’était l’esprit humain sans fard, à nu, comme si la folie était la vraie nature humaine.
Et j’ai pensé que c’était ça le théâtre. La pièce s’est construite comme cela, sans histoire, sans intrigue. Simplement la parole du fou qui nous met sans cesse face à un
miroir qui nous dérange.

« On juge du degré de civilisation d'une société à la façon dont elle traite ses fous ».

Lucien Bonnafé, psychiatre.

Or le traitement des malades mentaux fait actuellement en France l’objet de remises en questions qui nous font revenir 30 ans en arrière. Les hôpitaux de jour licencient du personnel encadrant.
Les locaux de Maison Blanche, le plus grand hôpital psychiatrique d'Île de France, vont prochainement céder la place à des logements destinés aux visiteurs d’Euro-Disney. Lucien Bonnafé aurait probablement apprécié l’ironie.
Mickey est le nouveau psychiatre des français !

Texte et mise en scène Jean-Christophe Dollé

avec Vanessa Ricci, Benjamin Tual, Clotilde Morgiève, Jean-Christophe Dollé
Scénographie Adeline Caron, Nicolas Brisset
Lumières Cyril Hamès Chorégraphie Magali B. Création sonore Michel Bertier
Photo Laurence Demaison ©


 

SALLE LOUIS JOUVET (ROUEN)

 

"T'ES OUF OU QUOI !"

D'Emmanuel Billy

Théâtre de l'Escouade

 

IMGP6828.jpg

 

Mercredi 2 à 14h30 et jeudi 3 avril à 14h (scolaires) Durée 1h Tarif unique 6€ (5€ pour les scolaires)

 

Entre onirisme et quotidien, poésie et fantaisie, ce spectacle est une plongée dans le quotidien et l’univers du handicap mental.

L’histoire est celle de Denis, Elodie, Céline ou Nicolas… Disons Léonie. Une petite fille comme les autres, elle est « extra-ordinaire ». Elle parle le Léonie.
Elle grandit, son corps change, elle est adulte, mais Léonie pleure toujours quand elle perd son manteau, elle boude, elle aime danser et chanter «Alexandrie-Alexandra », elle fait des coloriages de princesse, et avec son “chéri”, c’est pas toujours facile. Léonie va dans une institution : un IME  ou un Foyer occupationnel. Elle s’y rend en taxi, tous les jours de sa vie.
L’autre, l’anormal,  le fou, le débile, le monstre… est-il si différent ? Comment vit il ? Est-ce qu’il parle ? Est-ce qu’il mord ? Qui mieux que les personnes elles-mêmes peuvent nous dévoiler leur potentiel, leur évidence par leur différence…
En abordant le thème de la différence avec des acteurs en situation de handicap mental, le souhait de l’équipe artistique est de partager son étonnement, son émotion, son enthousiasme et de provoquer une rencontre inhabituelle avec le public.

« Ne pas être comme les autres, ça ne veut pas dire forcément être moins bien que les autres, ça veut dire être différent des autres. » Jean-Louis Fournier

Texte et Mise en scène : Emmanuel Billy
Éducatrice : Liliane Beuriot  Chorégraphie : Ilham Aniss Musique et interprétation live : Yann Auger
Lumières : Éric Guilbaud  Costumes : Pascale Barré Vidéo

: Camille Sénécal Photos : Kate Polin
Avec : Christine Leroy
Acteurs et actrices différents. Personnes en situation de handicap mental du foyer occupationnel pour adultes “Les Fougères” de Maromme

 

Ce spectacles est co accueilli par Théâtre de la Chapelle Saint Louis et le Festival Art et Déchirure 


logo-horizontal-2-structures 10cm

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ART ET DECHIRURE
commenter cet article

commentaires

Profil

  • ART ET DECHIRURE
  • ART ET DÉCHIRURE association loi 1901 créée en 1988, a pour but la réalisation d'un Festival tous les 2 ans à Rouen.
Ce Festival regroupe toutes les formes d'expressions artistiques: théâtre, danse, musique, arts plastiques, cinéma, vidéo..
  • ART ET DÉCHIRURE association loi 1901 créée en 1988, a pour but la réalisation d'un Festival tous les 2 ans à Rouen. Ce Festival regroupe toutes les formes d'expressions artistiques: théâtre, danse, musique, arts plastiques, cinéma, vidéo..

Recherche

Archives

Pages